Van Gogh si près de la nuit

5 au 17 juin 2018

de Cie Hussard de Minuit
mise en scène : Stéphane Albelda
scénographie : Marie Papilloud
vidéo : Guillaume Mayoraz
musique : Baptiste Mayoraz
lumières : Carmen Bender

avec Didier Disero, Coline Ladetto, Stéphane Liard

J’ai encore de là-bas un cyprès avec une étoile. Un dernier essai. Un ciel de nuit avec une lune sans éclat, à peine le croissant mince émergeant de l’ombre projetée opaque de la terre. Une étoile à éclat exagéré, si vous voulez, éclat doux de rose et vert dans le ciel outremer où courent des nuages. (Lettre de Vincent van Gogh, juin 1890)

Mettre en scène des paroles et des toiles… Pour vivre les dialogues épistolaires entre Vincent, son frère Théo, et d’autres encore, comme une constellation. Raconter deux frères entre ténèbres et incandescences, mélancolie et exaltation : l’un est le double-obscur de l’autre quand l’autre est le double-lumineux de l’un. Entre les toiles, la parole émerge pour dessiner la trajectoire d’un artiste qui court contre le temps, à la lisière d’une existence abîmée et de tableaux aux couleurs plus fortes que le réel. Alors, tu deviens voyageur des toiles : tu entres dans accueil l’image projetée des tableaux et ressens l’urgence d’aimer les ombres et les lumières du monde qui poussaient Vincent, marcheur solitaire, vers les étoiles de ses nuits hallucinées.