Pourquoi donc y-a-t-il des fleurs

5 au 24 janvier 2021 (horaire spécial)

5 janvier 21h, 7 janvier 19h, 9 janvier 21h, 10 janvier 17h, 13 janvier 21h, 14 janvier 19h, 16 janvier 21h
17 janvier 19h, 19 janvier 19h, 21 janvier 21h, 22 janvier 19h, 23 janvier 19h

de Philippe Jaccottet
coproduction : Théâtre Adèlie 2 et Pulloff Théâtres

mise en scène et jeu :  Michel Voïta
dramaturgie : José-Flore Tappy
création lumières : Hervé Audibert
scénographie : Nicolas Pahlisch

"La grâce dérobée des fleurs. Parce qu'elles s'inclinent sous leur propre poids, certaines jusqu'à terre, on dirait qu'elles vous saluent, quand on voudrait les avoir soi-même, le premier, saluées. Pour les saisir, il faut s'en éloigner. Que verra-t-on alors? Une figure dessinée sur le miroir par la buée? Un jeu de balles? Je vous salue, arbuste plein de grâce. Elles n'auront pas longtemps orné ce coin de jardin.
Pourquoi donc y a-t-il des fleurs?"

Sur scène, il y a un homme au travail. Obstinément. Incessamment.

Comment dire au plus près cette réalité qui semble en contenir une autre au plus secret d'elle-même? Par la poésie ? Par la prose ?

Dans la continuité de son travail et après l'aventure des « Dire... » Michel Voïta nous fait redécouvrir l'œuvre du poète vaudois Philippe Jaccottet.

Les fleurs sont ses paisibles messagères d'un « autre » monde. « La beauté ne saurait être que beauté ». Ses émotions, ses bonheurs, ses éveils d'attention devant un verger d'amandier lui assurent qu'il eût été incompréhensible qu'elles ne fussent pas liées à « une pensée dont le monde matériel renferme et voile le secret. »